ZAGO avec l’Equipe de France féminine

Le 23/05/2021

 

ZAGO avec l’Equipe de France féminine ! 

 

 

Zago faisait partie du staff technique qui préparait l’Equipe de France féminine au Tournoi de qualification au Championnat d’Europe 2021 à Belfort du 27/04 au 13/05. Un tournoi que les Bleues ont terminé en tête après avoir battu les hongroises à Budapest. Zago revient sur ce stage de préparation.

 

Dans quelles circonstances as-tu été amené à participer à l’encadrement de l’EDF féminine ?

 

Après avoir participé à un premier stage lié à ma formation fédérale (DEE1) en 2020 avec l’EDF F à Toulouse, j’ai gardé un bon contact avec le staff technique et le responsable  Emmanuel Fourchet. J’ai rejoint le groupe en tant qu’entraîneur invité, c’est une demande d’Emile Rousseaux de pouvoir disposer d’un staff technique élargi en intégrant des coachs français et étrangers qui veulent s’impliquer dans le projet national.

 

Justement, quels étaient les autres membres du staff technique ?

Le groupe était conséquent. Outre l’entraineur principal, Emile Rousseaux, et ses deux adjoints, Cyril Ong et Félix André, le staff était composé de trois coachs invités, de deux kinésithérapeutes, de deux médecins et d’un préparateur physique, et évidemment du coordinateur technique.

 

Quel était l’objectif du stage pour l’EDF F ?

Il était d’importance puisque le but était que l’EDF F se qualifie pour l’EuroVolley 2021 qui se déroulera du 18 août au 4 septembre en Serbie, Croatie, Roumanie et Bulgarie.

 

Quelles différences notes-tu entre l’encadrement de filles et l’encadrement de garçons ?

Pour moi, depuis 2020, le secteur féminin est une grande découverte.
Les systèmes de jeu de l’EDF F sont différents de ceux que je connaissais chez les garçons comme joueur puis comme entraîneur. De plus, la dépendance à la force physique est moins présente que chez les hommes. Ça se joue plus en finesse et en endurance. J’ai beaucoup apprécié aussi la pédagogie des entraineurs et le discours moins direct, voire moins agressif, que chez les hommes. En fait, d’une certaine manière, je le trouve très complémentaire du secteur masculin.

 

Que retires-tu de cette expérience ?

Pouvoir intégrer le groupe des entraineurs invités par le staff technique de l’EDF F était un privilège et un grand honneur. Les quinze jours passés avec le groupe sont   inoubliables, j’ai été très bien accueilli par tout le monde. Grâce au tournoi à Belfort, j’ai pu revivre des moments de grande émotion comme à l’époque où j’étais joueur, ce temps m’a aussi permis d’apprendre énormément de choses et de rencontrer des gens formidables qui n’ont jamais hésité à partager et transmettre leurs connaissances … Je les remercie.

 

Etais-tu confiant avant le TQE et comment vois-tu l’avenir de cette équipe ?

Que dire ! C’est un groupe de véritables guerrières. Elles ont tout donné du début à la fin, certaines se sont sacrifiées physiquement pour apporter leur contribution au projet. Je suis très fier de ce groupe, elles ont beaucoup évolué et elles ont encore beaucoup à grandir individuellement et collectivement. Oui, j’étais confiant ! Et le résultat ne m’a pas étonné. Elles ont simplement récolté ce qu’elles avaient semé. Elles y croyaient avec beaucoup d’affection et de conviction.

 

Bravoooo les filles !!!!! 

 

 

Dernière nouvelle :

 

L’équipe de France féminine est fixée sur son sort pour l’EuroVolley : elle évoluera dans une poule A extrêmement relevée à Belgrade, en compagnie de la Serbie, de l’Azerbaïdjan, de la Russie, de la Belgique et de la Bosnie.

 

 

 

Suivez l’actualité des SPACER’S sur les réseaux sociaux

www.fb.com/spacers.toulouse

www.twitter.com/spacerstoulouse

www.instagram.com/spacerstoulouse