Les pronostiqueurs ne donnaient pas cher de la peau des SPACER’S ce samedi face à l’ogre montpelliérain. Seul Nicolas BUREL, au micro de Vià Occitanie, prédisait un sursaut de ses coéquipiers considérant que les cartes étaient rebattues en l’absence des deux pointus titulaires. Mais qui aurait parié sur un 3/0 ?

Un PDS chaud bouillant !

En tout cas, les 1900 spectateurs-supporters de cette rencontre parrainée par la Région Occitanie y ont cru dès les premiers échanges ! Auteurs de quelques beaux tifos, ils ont poussé, ils n’ont rien lâché pour porter les hommes de SAPINART vers la victoire. Un public chaleureux toujours plus en communion avec Captain JORNA et ses coéquipiers. Merci à Actu Toulouse et à la Cité de l’Espace pour avoir rendu la fête encore plus belle !

Un match à sens unique

 « Certes nous étions émoussés après notre déplacement à Athènes et notre match remporté en 5 sets contre l’Olympiakos, mais il ne faut pas se chercher des excuses, les SPACER’S ont été très bons ce soir », reconnaissait sportivement LE GOFF en fin de match.

Bien décidés à créer la surprise du week-end, les toulousains mettent la pression au service en alternant services flottants tactiques et services smashés puissants de MADSEN et PANOU, s’emparent du filet dès le début du match avec deux monster blocks de KABA sur DEMANYENKO (10 blocks au final contre 6) et s’imposent à l’attaque avec 59% de réussite contre 44% pour les coéquipiers de LYNEEL.

Le scénario des trois sets est sans appel pour des montpelliérains qui n’ont jamais pu revenir sur les SPACER’S pendant ce match : 3 à 4 points d’avance au 1er temps intermédiaire (8/4, 8/5), jusqu’à 7 points d’avance au 2e temps (16/9) portés à 9 points au 3e temps (21/12) pour clore sereinement les sets avec 4 ou 8 points d’avance. Ils auraient pu être déstabilisés par la défection de leur pointu, et pourtant les SPACER’S ont affiché une grande stabilité technique et bonne maîtrise émotionnelle durant tout le match, réalisant peu de fautes directes, et notamment dans le money-time où ils n’ont pas tremblé

LECAT n’est pourtant pas resté bras ballants : il remplace DEMANYENKO, met au repos son passeur GONZALEZ, puis LYNEEL, il tente PALACIOS à la pointe et VOL au poste de libéro. Mais ses hommes ne pouvaient pas rivaliser samedi avec ceux de SAPINART.

Et un Joachim PANOU en feu !

Pour pallier l’absence de CAGLIARI, SAPINART avait fait glisser PANOU sur le poste de pointu et avait titularisé MADSEN au poste d’attaquant-réceptionneur. La puissance de nos deux jeunes attaquants a pesé sur le match au service et à l’attaque, et les connaisseurs ont apprécié la vitesse et la hauteur de MADSEN en pipe (attaque d’un joueur derrière les 3 m au centre). Dans un contexte aussi favorable, THIAGO distribuait le jeu avec clairvoyance et dextérité (remarquable passe arrière à une main en fin de match !), SANTUCCI se jetait comme sur tous les ballons comme si sa vie en dépendait, KABA et SENE restaient vigilants au filet avec 7 contres à eux deux, alors que JORNA assumait pleinement son rôle de capitaine.

Mais un homme a survolé les débats ! Véritable leader sur le terrain, PANOU a crucifié ses anciens coéquipiers avec un taux de réussite de 72% à l’attaque et des services supersoniques. Auteur de 24 des 53 points de son équipe, il est sans conteste le MVP de ce match.

Des nouvelles de CAGLIARI

Rien de grave pour le canonnier brésilien qui a ressenti un douleur intercostale en fin d’entraînement jeudi dernier et qui a besoin de quelques jours de récupération. Après les examens de rigueur, le staff a donc décidé de l’aligner sur la feuille de match … en suppléant du libéro SANTUCCI. Il semblait soulagé de la belle prestation de son coéquipier ! CAGLIARI devrait reprendre les entraînements rapidement.

Avec vous, décrochons les étoiles !

Prochain match :
POITIERS / SPACER’S à Poitiers
Samedi 18 décembre à18h30
A suivre sur LNVTV